jump to navigation

Turkish Airlines s’est imposée entre Orient et Occident 22 juin 2015

Posted by Acturca in Economy / Economie, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , ,
trackback

Le Figaro (France) no. 22042, lundi 22 juin 2015, p. 26

Valérie Collet

La compagnie aérienne turque poursuit son ascension plus discrètement que les compagnies du Golfe.

Transport. Temel Kotil, le PDG de Turkish Airlines arbore un sourire de contentement en déroulant les prévisions de croissance de son entreprise. Si elle poursuit sur sa lancée, elle rattrapera bientôt Air France. Les chiffres sont éloquents : en 2015, la compagnie, basée à Istanbul et qui exploite 293 appareils, devrait transporter 63 millions de passagers. Mais, en 2023, elle prévoit d’atteindre un chiffre d’affaires de 24 milliards de dollars (contre 11 milliards en 2014) grâce à une flotte de 450 appareils qui transporteront 120 millions de passagers par an. À cette date, certaines grandes compagnies européennes seront largement distancées. « Ce sera le cas si l’Europe n’est pas en mesure d’investir dans ses infrastructures ni d’assouplir la régulation du transport aérien, souligne Temel Kotil. L’aéroport Charles-de-Gaulle à Paris doit par exemple passer à une exploitation 24 heures sur 24 de manière à pouvoir satisfaire les clients venant d’Asie, souligne le PDG. Si cela n’est pas le cas, les compagnies européennes vont souffrir. »

Un troisième aéroport

Istanbul a beaucoup investi pour soutenir le développement de l’aviation en Turquie. Cette activité représente 5,9 % du PIB du pays et devrait atteindre 7 % dans vingt ans. Avec la construction d’un troisième aéroport, dont la livraison des travaux qui démarrent à peine est prévue pour 2017, même si la plupart des observateurs jugent cet engagement impossible à tenir, la capitale turque accueillera 150 millions de passagers par an. Roissy-CDG en a accueilli 63 millions en 2014. Les capacités de ce futur hub ne sont pas les seuls atouts dont Turkish Airlines profitera : sa localisation la place au carrefour de l’Orient et de l’Occident. Avec des appareils court et moyen-courriers, la compagnie dessert depuis Istanbul 70 % des destinations internationales dans plus de 55 pays. « Le centre de gravité mondial se déplace vers l’Asie en fonction du développement économique, analyse Temel Kotil. Istanbul assure de meilleures correspondances que Dubaï. » Souvent comparée aux compagnies en très forte croissance du Moyen-Orient, Turkish Airlines n’a pas le même profil.

Contrairement à Emirates, Etihad ou Qatar Airways, la compagnie a été privatisée en 2006. Encore détenue à 49 % par l’État, elle s’appuie aussi sur un trafic intérieur solide : 41 % des passagers l’empruntent à l’intérieur du pays alors que les compagnies du Golfe réalisent la plus grande part de leur activité en correspondance.

La part de marché de la compagnie turque progresse rapidement. En nombre de sièges offerts, qui mesure les capacités des compagnies, elle occupe désormais le 13e rang mondial, deux places derrière Air France.

Turkish a aussi récupéré une part très importante du fret aérien jusque-là transporté par les majors européennes. En quatre ans, Turkish le trafic est passée de 313 000 tonnes de marchandises transportées à 668 000 tonnes en 2014. Elle achète toujours plus d’appareils tout cargo alors que la plupart des européennes s’en délestent faute de rentabilité.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :