jump to navigation

Une leçon de démocratie 18 juin 2015

Posted by Acturca in Middle East / Moyen Orient, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

Courrier international (France) no. 1285, jeudi 18 juin 2015, p. 25
Vu du monde arabe

Ziad Majed

Trois remarques sur les élections turques.

1. La démocratie turque semble se consolider étape après étape. Le fort taux de participation [86 %] et le fait que le premier parti du pays – à savoir l’AKP – a obtenu moins de la moitié des voix illustrent la vitalité de la démocratie. De même, la liberté d’expression, de manifestation et d’association, accompagnée du recul du rôle politique de l’armée, est un signe de maturité, même si de nombreuses violations ont été commises contre les journalistes, les manifestants et les droits des femmes.

2. Les penchants autoritaires du président turc Erdogan, qui voulait changer la Constitution afin d’instaurer un régime présidentiel, ont poussé les électeurs à voter contre son parti. Ils craignaient pour la démocratie et voulaient exprimer leur refus de voir Erdogan instaurer un régime personnel au détriment de l’équilibre des pouvoirs.

Cela poussera tous les acteurs, y compris l’AKP, à revoir leur façon d’envisager la chose publique.

3. Avec le succès du Parti démocratique du peuple (HDP) [13,1 % des voix], c’est la deuxième composante ethnique du pays (la kurde) qui entre au Parlement en tant que telle, alors que des décennies durant il était interdit de s’en revendiquer. Cela illustre l’évolution de la culture politique turque, devenue plus ouverte au pluralisme culturel et politique.

Que signifient ces élections pour le monde arabo-musulman ?

1. Elles montrent que la démocratie reste l’horizon, et qu’elle est possible dans des pays à majorité musulmane, même s’ils sont dominés par un parti à l’idéologie islamiste.

2. Lorsque la laïcité va de pair avec la démocratie, elle protège la société contre ceux qui s’abritent derrière la religion pour établir un pouvoir absolu. La Turquie demeure un exemple pour les pays de la région. Car, à l’exception de la Tunisie, toutes les expériences politiques qui en 2011 [année des « printemps arabes »] semblaient annonciatrices d’un avenir meilleur se sont effondrées.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :