jump to navigation

À 21 ans, Musa Meric a déjà la taille patron 3 février 2015

Posted by Acturca in Economy / Economie, France, Immigration.
Tags: , ,
trackback

Le Progrès (France) mardi 3 février 2015, p. Supp. Eco5

Franck Bensaid

Vaulx-en-Velin. Musa Meric détient le record de précocité de notre palmarès des patrons de moins de 30 ans qui ont créé leur boîte malgré la crise. Avec Speed échafaudages, la société qu’il a lancée en 2011, il a trouvé sa vitesse de croisière.

Musa Meric vit un rêve éveillé. Du haut de ses 21 ans, il dit savourer cette trajectoire unique. Celle qui lui a permis avec son nom, Meric, « un véritable nom de code », d’être un entrepreneur épanoui, qui désavoue aujourd’hui ses professeurs qui, lorsqu’il était collégien, lui disait qu’il « ne réussirait jamais ».

Avec un grand-père entrepreneur dans le bâtiment en Turquie, un père créateur d’entreprise depuis qu’il a 18 ans, des oncles -neuf au total- tous entrepreneurs, présents dans la fabrication d’échafaudages, l’installation, le ravalement de façades, dans la plâtrerie-peinture etc., Musa ne pouvait selon lui échapper à son destin d’entrepreneur. Avec l’envie de prouver aux siens, et pourquoi pas « de faire mieux », il a trouvé sa voie au sommet d’un échafaudage. « Alors que mon père voulait que je devienne plaquiste », sourit-il aujourd’hui, alors qu’il est à la tête d’une entreprise ayant réalisé sur le dernier exercice communiqué 360 000 euros de CA, correspondant à 48 000 m 2 d’échafaudages montés et démontés, avec 8 salariés.

De 600 000 à 800 000 euros visés dans les deux ans

Lorsqu’il arrête le collège en 4 e, il n’a que 15 ans, et rêve déjà de grimper dans les échafaudages, « mon puzzle géant », un jeu qu’on lui interdit depuis qu’il est enfant. « Mais qui exerçait en moi une véritable fascination », confie ce casse-cou. Au sortir du collège, il suit un stage en alternance dans une société de ravalements de façades créée par quatre de ses oncles. A 16 ans, il est embauché chez un autre oncle à la tête d’une société d’échafaudage. Il devient chef d’équipe échafaudeur à 16 ans et 6 mois, passe le diplôme, et démissionne pour créer sa propre boîte à 18 ans et quelques mois. Avec 6 100 euros d’économie et la « solidarité familiale », avoue-t-il, il démarre l’aventure de Speed échafaudages en débauchant, pour l’anecdote, trois salariés de son oncle pour lesquels il effectue pendant ses neuf premiers mois des prestations de services. De quoi pouvoir acheter ses premiers échafaudages d’occasion quelques mois plus tard. Une vraie fierté pour celui qui a investi depuis dans 20000m 2 d’échafaudages neufs (1 million d’euros de valorisation) qu’il regarde avec émerveillement. Et qui devraient lui permettre de faire grimper dès cette année son chiffre d’affaires. Celui-ci devrait atteindre, prédit-il, les 600 000 à 800 000 euros dans les deux ans à venir.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :