jump to navigation

Le rêve d’Erdogan d’une « nouvelle Turquie » 6 novembre 2014

Posted by Acturca in France, History / Histoire, Turkey / Turquie.
Tags: , ,
trackback

Les Echos (France) no. 21808, mercredi 5 novembre 2014, p. 14

Jacques Hubert-Rodier

Le palais présidentiel près d’Ankara aura coûté 490 millions d’euros. Recep Tayyip Erdogan, le premier président turc élu au suffrage universel après onze ans comme Premier ministre, veut voir tout en grand. Le nouveau palais présidentiel qu’il vient de faire construire, en bordure d’Ankara, aura coûté 1,37 milliard de livres (490 millions d’euros), a révélé hier le ministre des Finances, Mehmet Simsek, en réponse à une question de députés de l’opposition. Ce palais, qui doit occuper un immense espace sur le territoire d’une ancienne ferme modèle créée par Atatürk en 1925, est au centre de violentes critiques en Turquie. Le « Palais Blanc » – Aksaray en turc – avec ses quelque 1.000 bureaux « serait même le plus grand palais présidentiel jamais construit » , dépassant le palais Istana Nurul Iman du sultan de Brunei, soulignait hier le quotidien turc en langue anglaise « Today’s Zaman » .

Certains critiques, comme le rappelle pour sa part le « Hürriyet » , évoquent le fait que palais, plus grand que Bucking-ham Palace, que l’Elysée ou encore la Maison-Blanche, n’a pas eu un permis de construire. Aux yeux néanmoins du leader de l’AKP (Parti pour la justice et le développement), ces critiques sont sans fondement. La « nouvelle Turquie » doit avoir des locaux à la hauteur de ses ambitions, avait affirmé Recep Tayyip Erdogan, vendredi, lors d’une conférence organisée par l’Ifri à Paris. Les anciens locaux dans Ankara n’étaient pas suffisants, a-t-il ajouté.

Mais, pour beaucoup, en Turquie, le nouveau palais présidentiel marque une rupture entre le nouveau leader défenseur d’un islam politique modéré et Atatürk, le fondateur de la république et défenseur de la séparation des pouvoirs politique et religieux. Pour esquiver cette question, le nouvel homme fort de la Turquie, qui rêve d’instaurer dans son pays un véritable régime présidentiel, a dit simplement qu’un des bâtiments utilisés par Atatürk et ses successeurs sera transformé en musée. Et, pour construire sa « Turquie nouvelle » , Erdogan est désormais sur tous les fronts.

Outre son palais, le président va acquérir un nouvel Airbus A330-200 Prestige pour 148 millions d’euros, selon le ministre des Finances. Un montant inférieur aux 176 millions de l’Airbus présidentiel français : ce prix, il est vrai, comprenait en outre 110 millions d’euros d’aménagement. En tout cas l’hyperprésident turc est décidé à faire la loi partout. Dimanche, lors d’une visite à Istanbul, il a lui-même fait respecter l’interdiction de fumer dans un café. Une rupture avec Atatürk, photographié, lui, la cigarette à la bouche.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :