jump to navigation

Une goutte de science dans un océan d’islam 14 mars 2013

Posted by Acturca in Religion, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

Courrier international (France) no. 1167, jeudi 14 mars 2013, p. 22      Türkçe

Can Dundar, Milliyet (Istanbul)

Que doit faire en principe un ministre responsable de la recherche scientifique ? Normalement, il est censé créer toutes les conditions pour trouver des fonds permettant le développement de la recherche scientifique. En tout cas, en Turquie, ce ministre s’est permis de critiquer publiquement les « darwinistes » en déclarant qu' »il ne fallait pas faire de Darwin une croyance car il y a une différence entre la croyance religieuse et la science. Pour que quelque chose soit scientifique, il faut pouvoir en douter. Or une croyance ne suppose pas le doute ». On peut être d’accord avec cette affirmation, sauf que le problème de la Turquie aujourd’hui, c’est plutôt que la croyance religieuse empêche la discussion scientifique. On l’a vu lorsque [en mars 2009] le numéro de la revue du Tübitak [équivalent turc du CNRS] consacré à Darwin a soudain été censuré et ceux qui en avaient fait le sujet de couverture ont été démis de leurs fonctions.

La religion est désormais intégrée aux manuels scolaires de biologie. Le ministre de la Recherche scientifique ne devrait-il pas s’opposer à cela ? Si, sauf que celui-ci, plutôt que de s’opposer à ceux qui veulent faire passer la religion pour une science, critique ceux qui transformeraient la science en religion…

Il y a cinq ans, j’avais publié les résultats d’une étude établissant qu’il y avait dans notre pays 1 200 hôpitaux, 67 000 écoles et 85 000 mosquées. Aujourd’hui, alors que le budget du ministère de la Culture est de 1,85 milliard de livres turques [790 millions d’euros], que celui du ministère du Commerce et de l’Industrie, chargé également de la recherche scientifique, est de 1 milliard d’euros, celui de la Direction des affaires religieuses est de 1,97 milliard d’euros ! Lorsque le Parti de la justice et du développement [AKP] est arrivé au pouvoir, après les élections de novembre 2002, le nombre d’écoles primaires en Turquie était de 32 000. Dix ans plus tard, il est inchangé. Sur la même période, le nombre de mosquées est passé de 76 000 à 93 000 !

Pendant ces dix années, le nombre d’imams a grimpé de 74 000 à 128 000 ; la Direction des affaires religieuses a même promis qu’ils seraient 150 000 pour la fin de cette année. Le nombre de médecins travaillant dans des hôpitaux liés au ministère de la Santé est passé en dix ans de 57 000 à 73 000. Il y a donc en Turquie, dans la fonction publique, deux fois plus d’imams que de médecins.

Une dernière chose : en dix ans, le nombre de facultés de théologie a triplé, passant de 27 à 83. Vous me direz que c’est normal puisque nous vivons dans un pays dont la majorité de la population est musulmane. Certes, mais en Iran, dont le nombre d’habitants est pourtant plus ou moins équivalent à celui de la Turquie, on ne compte que 68 000 mosquées, et 67 000 en Egypte.

Jetons un oeil sur la société civile, à présent. Il y a en Turquie environ 100 000 associations. Parmi elles, 863 organisations de défense des droits civils des citoyens, 308 associations étudiantes, une association des artistes d’opéra et… 16 000 associations liées à une mosquée ou à l’organisation d’un cours de lecture coranique. Faisons également remarquer qu’on recense 11 300 bibliothèques en Allemagne, contre 1 500 en Turquie.

Ces chiffres le montrent très clairement : le problème de la Turquie, ce n’est pas que la science se transforme en un dogme religieux, mais bien plutôt que des fonds n’y soient plus débloqués en faveur de la science, de la culture et de la santé. Depuis dix ans, les ressources ont surtout été consacrées au budget de la Direction des affaires religieuses, à la construction de mosquées et à la formation d’imams. Dans ces conditions, nous attendons du ministre responsable de la recherche scientifique qu’il nous laisse décider nous-mêmes à qui et à quoi nous devons croire et surtout qu’il défende la science, augmente le nombre de bibliothèques et encourage la recherche.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :