jump to navigation

La crise rapproche entrepreneurs turcs et grecs 4 mai 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, South East Europe / Europe du Sud-Est, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

La Tribune (France), no. 4965, vendredi 4 mai 2012, p. 17              Türkçe

Delphine Nerbollier, à Istanbul

La Grèce aux prises avec une sévère récession économique se tourne vers la Turquie pour trouver des solutions et des investissements, des relations qui accélèrent le rapprochement entre les deux pays, longtemps à couteaux tirés.

Sur le papier, tout semble opposer les économies grecques et turques. La première a connu une contraction de 6,9% de son activité en 2011 tandis qu’Ankara a battu tous ses records avec 8,5 % de hausse de son PIB. Quant à l’année 2012, la Banque de Grèce estime à 5% la chute de l’économie nationale alors que le gouvernement turc table sur 4,5% de croissance.

Hausse de 37% des échanges commerciaux en 2011

Si loin si proches, ces deux voisins minés par des décennies de tensions politiques se disent toutefois déterminés à faire de la crise grecque une occasion de rattraper leur retard en matière de coopération économique. Même si la Grèce n’est que le 25e partenaire commercial de la Turquie, le commerce bilatéral entre Athènes et Ankara est en constante hausse (+ 37% en 2011, passant de 2,9 à 4,1 milliards de dollars). Les importations turques ont cru de 66%, poussées notamment par l’achat de viande de bétail.

« Au dela des divergences apparentes de destin entre nos deux pays, nous avons une grande occasion de renforcer la coopération de nos économies complémentaires », déclarait, fin mars à Istanbul, Constantine A. Papadopoulos, membre du ministère grec des Affaires étrangères. Invité à une conférence destinée à vanter en Turquie les avantages du marché grec, ce diplomate s’est dit « prêt à fournir aux entreprises turques tout le soutien nécessaire afin qu’elles explorent les occasions d’investissements les plus rentables ».

Les entreprises turques intéressées par les nationalisations en Grèce

Pour cela, Athènes compte notamment sur son vaste programme de nationalisations destiné à rapporter 50 milliards d’euros dans les caisses vides de l’Etat. Lors de la rencontre organisée en mars à Istanbul, plus de 120 entreprises turques se sont renseignées sur les secteurs concernés par ces privatisations. « La compétition sera rude mais les entreprises turques ont les reins solides », commente Selim Egeli, président du Conseil d’affaires gréco-tuc au sein du DEIK (Conseil des relations écononomiques extérieures). Cet homme d’affaires confirme l' »énorme intérêt » de groupes turcs pour « tous les secteurs » avec une préférence pour les infrastructures (prise de participation dans les ports du Pirée et de Salonique), l’immobilier, le tourisme et la construction.

Selon l’AFP, la Turquie serait intéressée par l’achat d’un terrain d’1 million de m2 sur l’île de Rhodes et d’un autre de 500.000 m2 à Corfou. « Nous recherchons des occasions d’investir en Grèce et notre priorité sera les ports », explique de son côté, Adnan Nas, de la branche turque de Global Investment holding.

Les entreprises grecques de plus en plus nombreuses à s’implanter en Turquie

Autre signe de la vigueur de ces relations bilatérales, le nombre d’entreprises grecques enregistrées en Turquie a grimpé de 10% l’an dernier. Car avec 74 millions d’habitants, la Turquie représente un énorme marché pour le petit voisin grec. « En temps de crise, lorsque les consommateurs ne peuvent plus acheter, il est normal que les entreprises se tournent vers des marchés plus profitables », explique Selim Egeli. « Cela explique l’intérêt actuel des entreprises grecques spécialisées dans la chimie, l’aluminium, ou les aliments pour bébé », avance-t-il.

Cet intérêt réciproque entre Ankara et Athènes marque une nouvelle étape dans le processus de réconciliation engagé après le tremblement de terre de 1999 qui avait durement frappé la région turque d’Izmit. En 2010, les deux pays avaient signé toute une série d’accords stratégiques historiques. « Nous avons pris du retard, reconnaît Selim Egeli, mais nous voyons que la stabilité politique entre nos deux pays se retranscrit sur le business. »

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :