jump to navigation

Dans l’oeil de la grande bleue 25 mai 2011

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , ,
trackback

L’Express (France) no. 3125, mercredi 25 mai 2011, p. STY8

Jacques Brunel

Photomed, le premier festival de la photographie méditerranéenne, débute cette semaine à Sanary-sur-Mer (Var).

La peinture méditerranéenne a eu ses rétrospectives, il était temps que la photo lui emboîte le pas. Deux professionnels de l’image fixe – Philippe Sérénon et Philippe Heullant – ont obtenu le soutien de l’Union pour la Méditerranée pour créer Photomed, le premier festival de la photographie méditerranéenne, à Sanary-sur-Mer, port voisin de Bandol. Le directeur artistique n’est autre que l’excellent Jean-Luc Monterosso, à la tête de la Maison européenne de la photographie, à Paris. Sa programmation équilibrée, panachant plasticiens, « flâneurs » et photoreporters, portraits à la chambre et instantanés à l’iPhone, fait bonne mesure entre maîtres emblématiques et outsiders doués. Kaléidoscope nous transportant des montagnes albanaises aux éblouissements de Tanger, elle fait rimer Méditerranée avec diversité, sans l’enfermer dans une définition claire… Il est à espérer que la prochaine édition donne à découvrir les photographes du Maghreb, de l’Egypte, d’Israël et du Liban. Mais d’ores et déjà, le plaisir est là. Avec les images cent fois savourées d’Eliott Erwitt sur Saint-Tropez et les pochades burlesques de Martin Parr – invité d’honneur pour la partie Magnum – ou encore les nymphettes ensoleillées (photo ci-contre) de Claude Nori, l’homme des éditions Contrejour. Pays invité, la Turquie s’est faite représenter par Ara Güler en personne – ses vues d’Istanbul sont un concentré de poésie graphique – et toute une palette d’aventuriers de l’image. On est heureux de découvrir Jean-Baptiste Sénégas, qui transpose en photo un genre pictural, la marine, et Stratos Kalafatis pour un voyage halluciné au mont Athos. Il faut s’attarder sur les images de Carolle Benitah, plasticienne de Casablanca, qui fut styliste de mode à Paris. Cette nouvelle Pénélope brode au fil rouge ses photos d’enfance. Un singulier travail de mémoire pour dénouer le destin des femmes.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :