jump to navigation

Au bord du fleuve de la culture turque 23 octobre 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , ,
trackback

Sud Ouest (France), 23 octobre 2009, p. 25

Antoine De Baecke

« Bons baisers de Turquie » propose trois jours d’immersion dans la culture turque contemporaine et traditionnelle. La poésie y tient une grande place

«Si c’était à refaire, il faudrait commencer par la culture » : cette citation attribuée souvent (à tort) à Jean Monnet, père de l’Europe, a en tous cas inspiré Taoufik Karbia, directeur de l’Association du lien interculturel familial et social, pour cet événement. Inclus dans la Semaine culturelle turque et succédant à deux précédentes « Nuits de l’écrit » organisée au Musée d’Aquitaine dans le cadre de Lire en Fête, ces « Bons baisers de Turquie » s’inscrit indirectement dans le débat national et européen concernant l’entrée de la Turquie dans l’Europe. En appuyant, conformément aux vocations de l’association, sur la diversité culturelle turque et l’enrichissement né de l’interpénétration des cultures.

Ainsi, demain soir, durant la Nuit de l’Écrit proprement dite, sont convoqués non seulement de nombreux auteurs et musiciens turcs pour des lectures, concerts et performances, mais encore des danseurs tzigano-roms de Turquie, des spécialistes en calligraphie arabe, chinoise ou latine, ou encore Allain Glykos, auteur d’origine grecque, pour des « regards croisés » avec son homologue turc Mehmet Yashin (« Constantinople n’attend plus personne »). Une grande partie de la soirée sera dédié à Nazim Hikmet, poète, lors d’un spectacle autour duquel ses mots s’entrecroiseront avec ceux de Louis Aragon. Deux heures de déambulations parmi les collections du musée s’ensuivront, en vers et en musique, avant un spectacle consacré au personnage récurrent des contes populaires à rire de la tradition méditerranéenne, Nasredine Dj’ha.

Un souffle nouveau

Ceux qui ne connaissent pas cette figure majeure de la littérature turque qu’est Nazim Hikmet, auront l’occasion demain soir, de demander à la poétesse Ayten Mutlu d’en parler -Mustafa Balel, également auteur invité, assurant la traduction : « Un jour, au collège, mon professeur de langue turque m’a offert un livre caché par une couverture, me disant de ne pas le montrer, de lui ramener le lendemain. C’était un li vre de Nazim Hikmet, dont l’œuvre était alors interdite. Je l’ai copié toute la nuit. Avec ce livre, ma vie a changé : il m’avait appris ce que c’était que d’être un être humain. C’était aussi un patriote et un révolutionnaire. Il a souffert dans son pays, est mort loin de son pays. La poésie turque est un fleuve qui coule depuis des milliers d’années ; mais lui a porté un souffle nouveau qui a changé l’écoulement de ce fleuve à jamais. Nazim Hikmet est celui qui a écrit chez nous de la poésie libre pour la première fois. »

Ce soir, demain et dimanche au Musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur, Bordeaux. Gratuit. Tél. 05 56 01 51 00

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :