jump to navigation

Désir d’Europe et musique éclectique pour les artistes turcs 4 juillet 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,
trackback

Le Monde (France), 4 juillet 2009, p. 21

Patrick Labesse, Istanbul

La scène jazz, rock, électro, hip-hop d’Istanbul ouvre, dans un climat tendu, la Saison turque en France

Dans les taxis, les bars à narguilé ou entre deux verres de raki, au coeur d’Istanbul, il n’est pas rare d’entendre Nicolas Sarkozy traité de noms d’oiseaux alors que Barack Obama se voit crédité de toutes les vertus. Parce que le président français est contre l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne alors que l’Américain est pour.

C’est dans ce climat tendu qu’ouvre, en ce début juillet, la Saison de la Turquie en France. Quatre cents événements pendant neuf mois. Ces manifestations culturelles de pays à pays – il y a eu une saison chinoise, une brésilienne, etc. – sont souvent parasitées par des impératifs diplomatiques. Cela se ressent sur les programmes, sans ligne directrice, qui jouent plus la profusion que la qualité, où l’on sent qu’il a fallu faire plaisir à untel, etc.

Quand à ces handicaps viennent s’ajouter des tensions politiques… Avec la Turquie, on est servi. Le résultat est qu’il s’en est fallu d’un fil que cette saison ne capote, tout se débloquant au dernier moment.

La Saison turque s’ouvre le samedi 4 juillet au Trocadéro, à Paris, par un concert gratuit et en plein air de Mercan Dede, suivi d’un spectacle de danse. Vivant entre Montréal et Istanbul, le DJ et musicien Mercan Dede, qui a travaillé avec Pina Bausch, incarne le souffle et l’audace de la scène musicale turque, montrée par le réalisateur allemand d’origine turque Fatih Akin, dans son film Crossing the Bridge (2005).

Sensible à la poésie de Rûmî (1207-1273), le poète mystique persan créateur de l’ordre soufi des Mevlevi (les célèbres derviches tourneurs), il s’étonne de ces frilosités vis-à-vis de la Turquie.  » Dans un monde dangereusement bipolarisé entre l’Est et l’Ouest, il serait bien qu’un pays où il y a 99 % de musulmans, mais une société démocratique, soit accepté dans l’Union européenne, dit Mercan Dede. Cela créerait un incroyable changement social, politique et religieux dans le monde entier, notamment au Moyen-Orient. La Turquie est prête. La France veut-elle continuer à rester dans un club très fermé, réservé aux chrétiens ?  »

Cet esprit ouverture politique est à rapprocher de sa musique, également ouverte, éclectique. Cette spécificité musicale, on peut d’ailleurs la coller à toute la nouvelle scène stambouliote : le percussionniste et chanteur Burhan Öçal, le groupe Baba Zula, et chez d’autres artistes qui participeront à cette Saison turque.

C’est encore un état d’esprit qui colle à Istanbul, capitale européenne de la culture en 2010, paradis du fêtard qui ne veut pas aller dormir. Il est en résonance avec celui des créateurs de Pozitif, petite entreprise dans le vent qui participe de l’effervescence musicale d’Istanbul. Pozitif est à la fois organisateur de concerts, label musical et propriétaire de salle.

Installés à une table au Babylon, l’un des restaurants branchés de la ville, Ahmet Ulug et son frère Mehmet racontent Pozitif. Ils ont lancé l’aventure, avec un ami, Djen Yegul, après leur retour à Istanbul en 1988. Tous les trois étaient partis pour les Etats-Unis poursuivre leurs études, au début des années 1980, quand le pays traversait des turbulences – le 12 septembre 1980, un coup d’Etat militaire provoque 30 000 arrestations.

Le Babylon, lieu de la nuit

 » Aux Etats-Unis, nous avons découvert les boîtes de jazz.  » Ils rentrent avec l’idée de monter un jour un tel lieu à Istanbul.  » A la fin des années 1980, la Turquie, jusqu’alors très conservatrice, entrait dans une période d’ouverture d’esprit. Elle était prête à accueillir la nouveauté.  » Les trois camarades organisent leur premier concert en mai 1989. Ils vont d’abord se consacrer au jazz d’avant-garde. La population d’Istanbul découvre avec eux Steve Lacy et Sun Ra.

 » Il n’y avait aucune proposition de ce genre, les gens avaient faim de tout. Ensuite, le public a exprimé des goûts auxquels nous avons répondu en élargissant la programmation.  » Pozitif organise des festivals thématiques, de jazz, de blues, de musiques du monde (avec Salif Keita, Khaled).

En 1997, ils créent un label discographique, Double Moon, pour accompagner les artistes turcs capables de fusions inventives, puis deux ans plus tard, le trio ouvre le Babylon, aujourd’hui l’un des lieux de musique les plus en vue de la nuit. Le 6 mai, une foule compacte s’y pressait pour fêter les 20 ans de Pozitif. Sur scène, une jam session réunissait des artistes de jazz, rock, électro, hip-hop, musique classique ottomane. Pendant plusieurs heures, ils ont joué l’éclectisme bouillonnant de la bande-son d’Istanbul. Il n’y manquait que les sirènes de bateau glissant sur le Bosphore ou l’appel du muezzin.

Mercan Dede.  le 4 juillet à 21 heures, au Trocadéro, Paris (suivi par Le Feu d’Anatolie, spectacle de danse) et le 14 juillet à Nantes (festival Aux heures d’été).

Burhan Öçal. le 5 juillet à Lille (Lille 3 000), le 7 au Festival des Hauts de Garonne (banlieue bordelaise), le 10 octobre aux Nuits européennes de Strasbourg, le 17 à la Fiesta des Suds de Marseille, le 20, à la Scène nationale d’Albi.

Baba Zula, le 4 juillet à Lille, le 13 à Paris (parc André-Citroën, festival Sous la plage).

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :