jump to navigation

Sait Faik Abasiyanik 3 juin 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, Books / Livres, History / Histoire, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , ,
trackback

Evene – Biographies (France)

3 juin 2009

Né à Adapazan, Turquie le 18 novembre 1907 -Décédé le 11 mai 1954. Né à l’ère de l’Empire Ottoman, Saït Faïk Abasiyanik étudie la littérature à l’université d’Istanbul mais en 1930, sous la pression de son père qui aimerait le voir dans les affaires, il part étudier l’économie en Suisse. Il quitte la Suisse et vit pendant trois ans à Grenoble, où il continue d’étudier la littérature. De retour en Turquie, il enseigne le turc dans une école arménienne pour orphelins et se fait vendeur dans une entreprise, mais sans succès. Il commence à publier ses nouvelles dans Varlik (Existence), un influent magazine d’avant-garde, et, à partir de 1934, consacre sa vie à la pêche, l’alcool, l’errance, la solitude et l’écriture. Avec son art abrupt de la nouvelle, il crée un style nouveau évoquant, sans histoire rectiligne et de façon dure mais humaine, les enfants, les pêcheurs et les pauvres, devenant le plus grand auteur de la modernité turque. En 1936 paraît son premier recueil, ‘Le Samovar’, suivi de ‘Un homme inutile’ (1948), ‘La Compagnie’ (1951) et ‘Un serpent à Alemdag’ (1954). Il est également l’auteur d’un recueil de poésie et de deux romans dont ‘Un groupe de gens’ (1944), censuré parce qu’il traitait des classes sociales. A sa mort, d’une cirrhose du foie due à l’alcool, ses biens sont légués à l’école Darüsafaka pour orphelins. La Fondation Saït Faïk Abasiyanik attribue depuis 1954 le Prix Saït Faïk Abasiyanik au meilleur recueil de nouvelles, et son ouvrage ‘Un homme inutile’ est réédité en 2007.

Les anecdotes sur Saït Faïk Abasiyanik

Membre

Saït Faïk Abasiyanik était membre honoraire de la International Mark Twain Society of St Louis, dans le Missouri, aux Etats-Unis.

Insulaire

Saït Faïk Abasiyanik a passé la majeure partie de sa vie sur l’île de Burgaz Ada, une des Iles des Princes dans la Mer de Marmara. Sa fondation s’occupe de son ancienne maison, devenue le musée Saït Faïk en 1964.

Ses citations

« La nature apprend à l’homme à nager lorsqu’elle fait couler son bateau. »

Saït Faïk Abasiyanik – Un point sur la carte

Commentaires»

1. Instantanés d’Istanbul « ACTURCA - 7 novembre 2011

[…] souvenir, l’enthousiasme d’un traducteur ou d’un éditeur. C’est ainsi que Sait Faik Abasiyanik (1806-1954) revient en librairie grâce aux Éditions Bleu Autour et Alain […]

2. Pamuk Bosphore intérieur « ACTURCA - 15 juin 2009

[…] méconnu, Sait Faik Abasiyanik est un Istanbouliote qui a vécu à la charnière de la fin de l’Empire ottoman et de la […]

3. Istanbul, grisaille et griseries « ACTURCA - 15 juin 2009

[…] Deux recueils de nouvelles de l’écrivain turc Sait Faik Abasiyanik, mort en […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :