jump to navigation

Istanbul la magnifique; la nuit européenne des musées 23 mai 2006

Posted by Acturca in Art-Culture, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

Le Figaro, Le Figaroscope; Arts; p.50,51 N°19217, 17 mai 2006

Philippe Viguie-Desplaces, Thierry Hilleriteau

Pour la première fois, la Turquie participe à la Nuit européenne des musées avec trois nouveaux lieux consacrés à l’art en plein coeur d’Istanbul, dont un superbe Musée d’art moderne et contemporain. Un autre visage pour l’ancienne Constantinople, qui accueille depuis quelques jours Le Printemps de la France, organisé par l’Institut culturel français, avec notamment une grande exposition « Rodin ». L’occasion d’un passionnant week-end, à trois heures de vol de Paris, sur les rives du Bosphore, loin des clichés.

Premières impressions. La ville est troublante avec son mélange velouté de sons, de parfums et de couleurs. Sur les rives du Bosphore, là ou finit l’Europe et où commence l’Asie, les cris des mouettes sont couverts par les appels à la prière de la mosquée Bleue. Sur les rives de la Corne d’Or, des yachts de milliardaires et des batobus tracent un sillon dans la mer de Marmara. La cité
de 16 millions d’habitants étend ses bras dans un embrouillamini de constructions d’où émergent buildings, coupoles et minarets. Certaines rues semblent des brouillons jamais achevés comme derrière le Grand Bazar, dans le quartier d’Eminonu, avec ses étals d’épices en vrac. Sur l’Estiklal, la grande rue piétonne aux boutiques très occidentales, se mélangent les genres les plus opposés : jeunes filles en jeans taille basse, collégiens en uniforme très british, musulmanes voilées, étudiants branchés et cireurs de chaussures ambulants. Le tête-à-tête entre l’Orient et l’Occident est ici permanent. Ce sont les deux visages d’une ville insaisissable et mystérieuse.

La trinité des arts. Les trois derniers nouveaux musées d’Istanbul ont un point commun : privés, ils sont nés de la volonté de trois grandes familles de mécènes. Le plus récent et le plus beau, Istanbul Modern, inauguré en 2006, a pour point de départ la collection de la famille Eczacibasi. Le bâtiment, un ancien entrepôt maritime, installé sur la Corne d’Or, présente des oeuvres d’artistes turcs – longtemps ignorés dans un pays imperméable jusqu’il y a quelques années à l’art moderne et contemporain – comme Fahrelnissa Zeid ou Hamit Görele. Ce musée est un hymne à la modernité artistique de la Turquie, tant par son aménagement, véritablement audacieux, que par son contenu.

Inauguré en 2005, le musée Péra doit son existence à la riche famille Kirac, dont il abrite, entre autres, la collection orientaliste la plus importante de Turquie avec plus de 250 oeuvres. Des portraits des sultans auxquels s’ajoutent ceux d’ambassadeurs de France en Turquie aux XVIIIe et XIXe siècles. Quatre tableaux de Jean-Baptiste Vanmour illustrent la procession des ambassades au palais de Topkapi. On y découvre aussi les oeuvres d’un grand peintre turc, élève de Gérôme, Osman Hamdi Bey. Dans une autre salle, le Péra présente une poustouflante cllection de faïences de Kutaya. C’est superbe. Créé en 2002, e musée Sabanci est logé dans une villa Ottomane du XIXe arrimée sur les rives du Bosphore, ancienne résidence de la famille Sabanci. On y trouve un mobilier et des objets d’art d’exception, dont de très beaux vases de Sèvres. La collection de peinture présente des oeuvres turques du XVIIIe siècle, et une grande place est réservée à l’art de la calligraphie du XVe au XIXe siècle. Une aile contemporaine accueille des expositions temporaires qui affichent de belles ambitions. Après Picasso, que les Turcs découvraient il y a quelques semaines pour la première fois, 200 oeuvres de Rodin y prendront place dès le 12 juin prochain. Le Penseur sera du voyage. Rodin n’a jamais été exposé sur les rives du Bosphore.

– Les trois musées participent à la Nuit des musées.

Le Printemps de la France, organisé par le très prestigieux Institut culturel français d’Istanbul, présente une brillante affiche jusqu’à la fin de l’été.

Citons notamment : Battuta, le nouveau spectacle de Zingaro dont c’est la première mondiale (jusqu’au 20 mai) ; l’exposition « Rodin » au Musée Sabanci (du 12 juin au 3 septembre) ; l’exposition de photos de François-Marie Bannier au musée Istambul Modern (du 30 mai au 27 août) ; l’exposition « 15 ans de création artistique en France » au musée Péra, organisée avec les collections du Frac et du Fnac français. Claude Ecosky, exposé à Beaubourg, y présente des oeuvres, ainsi que Bernard Frize, présent à l’exposition inaugurale de la Fondation Pinault, à Venise.

A voir encore à Istanbul : les grands classiques sont Sainte-Sophie, la mosquée Bleue, les palais de Topkapi, Dolmabahçe, Yildiz et Beylerbeyi, la tour de Galata, le Bazar égyptien, la Mosquée de Soliman.

– OÙ DORMIR ? Le Crowne Erecis est une excellente adresse, à mi-chemin entre l’hôtel international – dont certains buildings ennuyeux défigurent Istanbul -et l’hôtel de charme. L’hôtel, à proximité immédiate avec les principaux monuments à voir, est situé dans une rue typique à l’écart du flux touristique (chambre double à partir de 250 Euro).

– COMMENT VENIR ? Avec Turkish Airlines, qui assure plusieurs liaisons quotidiennes au départ d’Orly en trois heures. La compagnie nationale offre un apéritif et un repas chaud en classe économique. 58, rue La Boétie (VIIIe). Tél. : 01.56.69.33.50.

– PRATIQUE : Office du tourisme de Turquie. 102, av. des Champs-Elysées (VIIIe). Tél. : 01.45.62.78.68 et

– LIRE : Un grand week-end à Istanbul (Hachette, 10,75 Euro).

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :